Comprendre le coryza du chat pour prendre soin de son félin

Le coryza, ou « grippe du chat », est un syndrome bien connu des propriétaires de chats, car fréquemment rencontré chez nos petits félins. Il n’en demeure pas moins une pathologie extrêmement contagieuse, et pouvant être assez grave, pour laquelle une prise en charge vétérinaire est la plupart du temps nécessaire. En effet, il fait partie des situations pour lesquelles nous sommes fréquemment contactés dans notre service d’urgence vétérinaire à Pau, VetH24.

Qu’est-ce que le coryza du chat ?

Le coryza du chat a plusieurs appellations telles que la « rhinotrachéite virale féline » ou « grippe du chat » ou encore « rhume du chat ». C’est une maladie infectieuse aiguë affectant plus ou moins sévèrement les voies respiratoires, oculaires et buccales. Elle peut être mortelle surtout chez les chatons qui ont un système immunitaire immature, ou encore les chats âgés qui ont un système immunitaire plus faible.

Le coryza est une maladie très contagieuse entre chats. Il peut se transmettre par contact direct avec un autre chat par le nez, les yeux et la bouche. Par l’intermédiaire d’éternuements ou encore d’objets souillés. Le coryza est une maladie qui peut résister jusqu’à 10 jours dans le milieu extérieur et les chats n’ayant pas accès à l’extérieur (chats d’appartement) peuvent également être affectés par l’intermédiaire de matières contaminantes sur les vêtements ou les chaussures.

En comparaison avec les maladies que nous, humains, pouvons avoir, au niveau des voies respiratoires, on retrouve la rhinite avec une inflammation associée à un gonflement des muqueuses de la cavité du nez, se caractérisant par un écoulement nasal et une congestion. On peut aussi retrouver une pneumonie (infection des poumons). Au niveau des yeux, une conjonctivite peut apparaître (inflammation des conjonctives, de fines membranes qui recouvrent l’intérieur des paupières et le blanc de l’œil). Un ulcère de cornée est également possible : une lésion affectant la surface de l’œil. Au niveau de la cavité buccale, on peut retrouver une gingivite, c’est-à-dire une inflammation de la gencive se manifestant par une rougeur et un gonflement de la muqueuse autour des dents, mais aussi une stomatite (une inflammation des muqueuses de la cavité buccale). Au niveau des articulations, on peut retrouver une polyarthrite : une boiterie due à une inflammation de plusieurs articulations.

Quelles sont les causes du coryza du chat ?

Dans 80 % des cas, les agents responsables du coryza sont des virus (l’Herpès virus de type 1 et le Calicivirus), les 20 % restant étant dus à des bactéries de surinfection (les Chlamydophila et les Bordetella). Ces agents se manifestent de façon préférentielle chez les chats immunodéprimés (c’est-à-dire fragilisés sur le plan immunitaire), en particulier, ceux atteints de leucose féline (FeLV), ou du SIDA du chat (FIV), deux virus spécifiques à l’espèce féline et affaiblissant leur système immunitaire.

La contamination se fait essentiellement par contact avec des chats malades et ceux dits « porteurs sains », c’est-à-dire qui hébergent les agents responsables de l’affection, mais qui sont asymptomatiques. C’est une maladie très contagieuse : la transmission se fait par contact rapproché avec un animal infecté. La durée d’incubation est assez courte, entre 2 et 5 jours. Cependant, la contamination peut aussi se faire de manière indirecte. En effet, les agents de la maladie étant résistants en milieu extérieur, des objets souillés comme les chaussures peuvent contaminer même un chat d’intérieur. Suite à la contamination, même après guérison, les chats peuvent devenir porteurs toute leur vie des virus et bactéries du coryza, et des symptômes peuvent plus ou moins régulièrement apparaître sous forme de crises aiguës.

Les chats immunodéprimés, en particulier, ceux qui sont atteints de la leucose féline ou SIDA du chat, sont les plus susceptibles de présenter un coryza. Les virus de la leucose féline ou virus de l’immunodéficience féline provoquent une immunodépression chez les chats qu’ils infectent.

Le manque d’hygiène peut être un facteur de risque aussi, si par exemple, vous touchez un chat contaminé et que vous ne vous lavez pas les mains en suivant. Le chat malade peut aussi transmettre les virus ou les bactéries à un chat sain par le biais d’une gamelle partagée. Le chat malade laisse des agents pathogènes dans les gamelles et le chat sain les ingère lors de son repas ou de son abreuvement. C’est le même cas pour les jouets et les équipements comme les arbres à chat ou même parfois des griffoirs. Les chats non vaccinés sont aussi plus sujets à être contaminés et malades qu’un chat correctement vacciné.

Quels sont les symptômes du coryza du chat ?

Chez le chat, les symptômes du coryza varient en fonction des agents pathogènes impliqués. Les signes peuvent être légers, temporaires ou très graves. Elle se présente sous deux formes bien distinctes : forme aiguë et la forme chronique. Dans la forme aiguë, la maladie survient brutalement. L’évolution est très rapide et les symptômes apparaissent après une incubation de 2 à 5 jours. On peut alors retrouver les symptômes d’une rhinite, c’est-à-dire une inflammation associée à un gonflement des muqueuses de la cavité du nez, se caractérisant par un écoulement nasal et une congestion. Une pneumonie, qui est une infection des poumons, peut se déclarer dans les cas les plus graves, mais cela reste plus rare.

Pour les symptômes oculaires, on retrouve des conjonctivites (inflammation des conjonctives, de fines membranes qui recouvrent l’intérieur des paupières et le blanc de l’œil), ou encore un ulcère de cornée, lésion affectant la surface de l’œil.

De manière plus générale, on retrouvera de la toux, une hyperthermie (élévation de la température corporelle) pouvant dépasser les 40 °C (sachant que la température d’un chat se situe entre 38 °C et 38,5 °C), une léthargie (altération de l’état général du chat). Parfois également des ulcères dans la bouche, une perte d’appétit et une déshydratation, pouvant aller jusqu’à l’anorexie qui peut se révéler mortelle chez le chaton.

Il faut également savoir que la perte d’appétit est due à une diminution de l’odorat, si le chat est encombré et aussi à la présence d’ulcères dans la bouche qui rendent la prise alimentaire très douloureuse.

Le diagnostic du coryza du chat

Pour détecter le coryza chez les chats, les symptômes sont typiques et peuvent orienter le diagnostic. Mais le diagnostic de confirmation se fait seulement par des examens complémentaires effectués en laboratoire. Ces examens impliquent la PCR, les cultures bactériennes et les tests sérologiques. Les prélèvements examinés sont les écoulements nasaux et oculaires, ou un écouvillon nasal. Le prélèvement de l’épithélium buccal est aussi possible lorsque le chat malade présente une gingivite. La maladie étant très contagieuse et pouvant être mortelle, il est impératif de prendre rendez-vous rapidement auprès de votre clinique vétérinaire afin que votre compagnon puisse recevoir un traitement adapté. Dans certains cas, notamment chez les chatons ou bien les vieux chats, la consultation peut devenir urgente afin de prendre en charge et soulager l’animal au plus vite.

Quel traitement et quelle prise en charge pour le coryza du chat ?

Comme chez les Hommes, il n’y a aucun médicament qui peut éliminer les virus causant le coryza chez le chat. Le traitement consiste en l’élimination des symptômes. Pour éliminer les symptômes : il faut soigner d’une façon régulière (à chaque crise) les parties atteintes.

  • Soins du nez : par des inhalations aérosols qui peuvent contenir des antibiotiques à action locale. L’antibiotique contenu dans ces inhalations sert à prévenir les éventuelles surinfections bactériennes. Les inhalations aérosols ont pour rôle de diluer les sécrétions et désencombrer ainsi les cavités nasales.
  • Soins des yeux : par des gouttes ou des pommades servant au nettoyage des yeux pour enlever les écoulements oculaires.
  • Soins de la bouche : par détartrage et extraction possible des dents dans des cas sévères ou chroniques.
  • Le vétérinaire pour chat prescrit également un antibiotique pour éviter toute surinfection bactérienne. Un anti-inflammatoire est aussi nécessaire pour limiter la fièvre. Dans des situations critiques, il peut être nécessaire d’hospitaliser le chat malade et de le mettre sous perfusion pour rétablir l’alimentation et la réhydratation de l’animal.

Et dans tous les cas, il n’y a que votre vétérinaire qui puisse prescrire tous ces médicaments à votre chat.

Comment prévenir le coryza du chat ?

Pour éviter que votre chat contracte le coryza, vous devez prendre certaines mesures. La vaccination est le meilleur moyen pour prévenir les maladies graves telles que le coryza. Elle permet de limiter la gravité de la maladie chez un chat sain, et notamment l’apparition de signes cliniques.

L’isolement des chats malades : les chats infectés et ceux ayant été en contact doivent être isolés des autres pour éviter la propagation des agents pathogènes du coryza.

Une alimentation saine et équilibrée permet aussi à votre chat d’avoir une bonne immunité. Les carences et la sous-alimentation peuvent affaiblir votre chat et l’exposant ainsi au coryza.

Le coryza pouvant se propager facilement dans les collectivités, comme les refuges, les pensions, les chatteries ou les élevages, un ensemble de mesures sanitaires doivent être prises afin d’éviter une contamination. Il en est de même si vous hébergez plusieurs chats sous votre toit.

Contrôler la population de chats : il est conseillé de gérer un nombre de chats raisonnable afin de ne pas favoriser la propagation de la maladie. Effectuer un nettoyage de tous les ustensiles et zones en contact avec les chats : les gamelles, les litières, les cages et le matériel (pelles, bottes…).

Que faire si mon chat présente les signes du coryza du chat ?

Dès que vous percevez l’un des symptômes du coryza, vous devez consulter un vétérinaire au plus tôt. La prise en charge des complications est difficile et le pronostic peut parfois être réservé lorsque la maladie est très installée. Veillez donc à vous rendre chez votre vétérinaire au moment où vous constatez un changement de comportement chez votre chat. Si vous voyez des écoulements nasaux, des écoulements oculaires ou de la toux, n’hésitez pas à prendre rdv. En cas d’urgence ou si votre clinique vétérinaire est fermée, n’hésitez pas à contacter notre service d’urgence vétérinaire VetH24.

En conclusion, le coryza est une maladie infectieuse qui touche les félins, très contagieuse et qui peut être mortelle chez certains individus, surtout ceux qui ont un système immunitaire faible. La meilleure prévention reste la vaccination avec un bon taux d’efficacité. La maladie se transmettant de manière directe et indirecte, il est important de faire preuve d’hygiène lorsqu’on caresse un chat. Dès l’apparition des premiers symptômes, il ne faut pas attendre et prendre rendez-vous chez son vétérinaire traitant ou bien en urgence en fonction des symptômes.