Focus sur la toux du chenil pour protéger votre chien

La toux du chenil est une maladie respiratoire infectieuse très contagieuse et très répandue qu’il est préférable de connaître pour protéger correctement son chien. On l’appelle aussi trachéobronchite infectieuse du chien. Sans traitement rapide, cette pathologie peut conduire au décès de l’animal. Cette maladie se compose de plusieurs agents pathogènes : virus et bactéries. On la retrouve dans les collectivités (élevages, refuges) ou suite à un rassemblement canin : cours d’éducation canine, concours, salons, chenil… Les chiots sont plus touchés que les chiens adultes.

Ce n’est pas une zoonose : la maladie ne se transmet pas aux humains.

Sans prise en charge rapide, cette maladie peut conduire au décès de votre animal, il faut donc que l’animal consulte rapidement un vétérinaire. Lorsque votre clinique habituelle est fermée, vous pouvez retrouver le vétérinaire de garde à PAU dans notre service d’urgences VetH24.

Qu’est-ce que la toux du chenil et comment se transmet-elle ?

La toux du chenil est souvent une co-infection impliquant une bactérie appelée Bordetella bronchiseptica et divers virus respiratoires : en particulier le Parainfluenza canin (CPIV) et l’adénovirus canin de type 2 (CAV-2).

Cette bactérie et ces virus peuvent faire apparaître la maladie chez des chiens exposés à d’autres congénères contagieux. D’autres agents pathogènes peuvent contaminer le chien lorsqu’une infection primaire aux agents cités précédemment s’est installée. Ainsi, la toux du chenil est une maladie causée par de nombreux agents infectieux respiratoires.

La transmission se fait de façon directe, entre les nez des chiens, ainsi qu’avec les aérosols contaminés (émissions lors des éternuements et de la toux).

La toux du chenil est caractérisée par la présence de symptômes respiratoires aigus et gênants pour le chien. L’apparition soudaine d’une toux rauque et sèche, persistante, sous forme de crises récurrentes et d’un écoulement nasal associé sont les symptômes principaux de la maladie. Un chien qui tousse peut être gêné et se fatiguer. Elle peut également déclencher des régurgitations. D’autres symptômes respiratoires comme des éternuements ou des difficultés respiratoires peuvent être constatés.

Cette maladie est très contagieuse en collectivité comme dans les élevages, les refuges, les pensions ou les expositions canines.

Les chiots sont plus touchés, car leur système immunitaire est encore immature. Les symptômes peuvent durer entre quelques jours à quelques semaines. Dans certains cas, une atteinte sévère de l’état général peut apparaître avec de l’anorexie (perte totale d’appétit), de la fièvre et un abattement marqué. Une pneumonie (infection des poumons) peut compliquer la toux du chenil. La mort peut survenir dans de rares cas.

Quels sont les symptômes et le diagnostic de la toux du chenil ?

Comme son nom l’indique, le principal symptôme de la maladie est la toux : une toux forte, sèche et rauque (on a parfois l’impression que le chien a quelque chose coincé dans la gorge). Une forte toux peut également provoquer des vomissements secondaires. Le chien peut aussi présenter de la fatigue, une perte d’appétit, une conjonctivite et de la fièvre. Les symptômes peuvent durer assez longtemps (environ deux semaines). Si aucun traitement n’est mis en place, des surinfections et complications de pneumonie bactérienne peuvent survenir à l’origine d’une forte fièvre, de difficultés respiratoires, d’une toux grasse, voire d’une bronchopneumonie grave. Ces symptômes peuvent être similaires à ceux d’autres maladies respiratoires chez le chien, telles qu’une bronchite ou une pneumonie. Il est donc important de consulter un vétérinaire pour un diagnostic précis et un traitement adéquat. Le diagnostic de la toux du chenil se fait généralement suite à un examen clinique complet et une évaluation des commémoratifs : environnement, mode de vie, rassemblement récent avec des chiens, autres chiens malades dans l’entourage, protocole de vaccination…

Si le vétérinaire souhaite confirmer le diagnostic ou connaître les agents pathogènes en cause, des tests de laboratoires existent : analyse d’échantillons respiratoires, tests sérologiques ou PCR (par prise de sang).

Quel est le traitement pour soigner la toux du chenil ?

La prise en charge implique que votre chien soit vu dès que possible en clinique vétérinaire, afin que le diagnostic soit établi, et le traitement prescrit.

Le traitement de la toux du chenil dépend de l’agent pathogène en cause et de la sévérité de l’atteinte. Il implique la plupart du temps la prescription d’un antibiotique : si la toux est causée par une infection bactérienne, ils permettront de combattre l’infection. Des anti-inflammatoires et analgésiques seront également prescrits quasi systématiquement afin de réduire l’inflammation et soulager la douleur.

Enfin, des bronchodilatateurs peuvent être ajoutés au traitement : en cas de toux très forte, ils permettent de dilater les voies respiratoires et soulager la toux. Ils sont administrés sous forme de gouttelettes.

Le traitement est généralement long, au minimum une dizaine de jours, parfois jusqu’à quatre semaines, notamment pour éviter les rechutes. Pendant toute sa durée, pensez à isoler votre animal : il ne doit pas être en contact avec d’autres chiens, au risque de les contaminer ! Donc, lorsque votre animal est contaminé et malade, il est recommandé de le mettre en quarantaine pour éviter la transmission à d’autres chiens.

Lors de l’introduction d’un nouvel arrivant dans une maison déjà habitée par des chiens, une quarantaine et un examen clinique vétérinaire sont préalablement recommandés afin d’éviter toute contagion.

En collectivité (refuge, animalerie…), on prendra bien soin d’appliquer les règles d’hygiène élémentaires et d’isoler tout chien malade.

Comment prévenir la toux du chenil ?

Il existe plusieurs types de vaccin contre la trachéobronchite infectieuse canine.

La prévention de la toux de chenil chez le chien passe par une vaccination systématique de tous les chiens contre l’Adénovirus (CAV). On peut également vacciner contre le virus Parainfluenza (Pi). Ces deux vaccinations sont incluses dans la vaccination par injection de base du chien (associée à la vaccination contre la parvovirose et la maladie de Carré). La vaccination sera commencée dès que possible chez le jeune chien. Il est également fortement recommandé d’utiliser un vaccin contre la toux du chenil supplémentaire pour les chiens qui présentent un risque d’infection : séjour en pension ou en chenil, période de chasse, exposition canine ou agility… La vaccination se fait alors facilement par voie intranasale, au moins 72 h avant l’exposition potentielle à la maladie, et protège contre Bordetella bronchiseptica.

Toutefois, certains chiens sont susceptibles d’être contaminés par la maladie malgré la vaccination, mais en général l’affection est nettement moins marquée.

En collectivité, et en particulier dans les élevages ou les animaleries, ce sont les mesures d’hygiène qui seront les plus efficaces pour compléter la vaccination : les chiens malades et contagieux doivent être isolés.

Vous pouvez faire vacciner votre chiot ou chien à la clinique vétérinaire dès le plus jeune âge avec un rappel annuel afin d’éviter tous risques de contaminations extérieures.

Le vaccin pourra vous être exigé lors de gardiennage canin ou en pension canine, mais aussi lors de manifestations (expo, sport canin, concours…).

Peut-il y avoir des complications possibles à la toux du chenil ?

Le pronostic et les séquelles de la toux du chenil dépendent de la cause sous-jacente et de la gravité de la maladie.

En général, c’est une pathologie qui se guérit bien si elle est prise en charge précocement, et le pronostic est bon dans ces cas-là.

Si la maladie se complique (pneumonie, surinfection bactérienne), le pronostic est plus réservé. Concernant les chiens à risque, il n’existe pas de prédispositions génétiques pour cette trachéo-bronchite. Ainsi, les chiens de toutes les races et de tous âges peuvent être infectés. On notera une fragilité plus importante chez les chiots de moins de 6 mois, les adultes déjà malades et les chiens âgés non vaccinés.

Moins les chiens sont vaccinés et plus, ils vivent en collectivité, mieux l’infection se propagera. Une précaution complémentaire est à envisager chez les chiens brachycéphales (nez écrasé) comme les carlins, boxers, pékinois, bouledogues… plus fragiles sur le plan respiratoire. En cas de symptômes, ne pas hésiter à contacter un vétérinaire de garde, voire le vétérinaire de nuit, comme dans notre service VetH24.

Quand faut-il faire appel à un vétérinaire pour la toux du chenil ?

  • Reconnaître les signes d’urgence.
  • Importance de la réactivité en cas d’aggravation des symptômes.
  • En cas de mise en chenil, de rassemblement de chiens (exposition canine, etc.)

La forme la plus courante de la toux du chenil se manifeste par une toux sèche, forte, quinteuse et persistante d’apparition soudaine. Cette toux a la particularité d’être assez rauque et, en raison de l’irritation, elle peut être émétisante (faire vomir le chien).

On pourra noter, de façon non systématique, d’autres symptômes comme :

  • un écoulement nasal ;
  • un écoulement oculaire ;
  • des éternuements ;
  • une conjonctivite uni ou bilatérale ;
  • du reverse sneezing, comme si le chien reniflait et raclait sa gorge en même temps à cause de l’irritation.

Lorsque la maladie est bien installée ou lors de formes plus sévères, on pourra également constater une baisse d’appétit liée à la gêne lors de la déglutition, une fatigue plus ou moins marquée, de la fièvre, une pneumonie associée à une toux grasse lors de surinfections bactériennes.

Dans les cas graves de complications pulmonaires chez les chiots ou chez des chiens fragilisés, la toux de chenil peut être mortelle, mais cela reste peu fréquent.

La gêne et l’inconfort ainsi que les risques de complications de cette maladie infectieuse doivent vous inciter à prendre RDV avec votre vétérinaire dès l’apparition des signes cliniques que ce soit en journée, ou auprès d’un service d’urgence vétérinaire si les symptômes apparaissent en dehors des horaires d’ouverture.

La toux du chenil est une affection fréquente chez les chiens, qui peut être causée par une variété de facteurs, notamment des infections virales ou bactériennes. Il est possible de prévenir la toux du chenil avec un protocole de vaccination qui doit être tenu à jour (chaque année). Si votre chien présente des symptômes de toux, il est important de consulter un vétérinaire rapidement : le traitement précoce permet de limiter le risque de complications et de séquelles permanentes.

En cas d’apparition des symptômes, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire, voire un service d’urgence comme VetH24 (si cela se produit en dehors des horaires d’ouverture de votre clinique habituelle). Cela doit vous alerter autant que si votre chien s’est fait mordre par exemple.